Politique

Kadhafi, roi des rois d’Afrique

Par - Samir Gharbi
Mis à jour le 13 janvier 2009 à 12:58

À la tête d’une délégation de plusieurs centaines de personnes, le « Guide » libyen s’est rendu, entre le 31 décembre et le 5 janvier, dans quatre pays subsahariens : Sierra Leone (3 jours) et Mali (2 jours), avec deux brèves escales en Guinée et au Liberia. Sa « caravane » de quatre avions lui a permis de débarquer avec sa tente, sa voiture blindée et son escorte. Première étape, Freetown, où il est chaleureusement accueilli par le président Ernest Bai Koroma malgré les critiques qui dénoncent l’implication de la Libye dans la guerre civile. Kadhafi prononce un discours-fleuve devant le Parlement et offre des tracteurs, des autocars, des sacs de riz… Après l’inauguration d’une mosquée, il promet de financer la construction d’un hôpital. Les rois, princes et chefs traditionnels du pays l’ont remercié en lui offrant une maison et un terrain agricole. Mieux, ils l’ont intronisé « roi des rois d’Afrique ».

Le « Guide » est ensuite allé féliciter le nouveau président guinéen, Moussa Dadis Camara, dans les salons d’honneur de l’aéroport de Conakry (le 3 janvier). Après cette escale, direction Monrovia, où Kadhafi est accueilli par la présidente Ellen Johnson-Sirleaf, à qui il promet de consacrer 30 millions de dollars à une plantation d’hévéas et de développer les investissements. Dans la soirée, il débarque à Bamako, obligeant le président Amadou Toumani Touré à abréger sa tournée à l’intérieur du Mali. Là, il conseille aux rebelles touaregs d’utiliser des « méthodes civilisées » pour résoudre leurs problèmes avec le pouvoir central. Et relance son idée d’instaurer un « gouvernement panafricain », qu’il tentera de faire approuver par l’Union africaine lors de son 12e sommet, à Addis-Abeba (26 janvier-3 février).