Société

« Plomb durci »

Par - Tarek Moussa
Mis à jour le 19 janvier 2009 à 16:11

L’offensive israélienne a été baptisée « Plomb durci », du nom d’une comptine de Haim Nahman Bialik (1873-1934) composée à l’occasion de Hanoukka. Car c’est au sixième jour de la célébration de cette fête juive – qui en dure huit – qu’ont débuté les frappes. Hanoukka commémore la victoire des Macchabées sur Antiochus IV, roi des Séleucides, en Judée, en 165 av. J.-C., et la nouvelle dédicace du second temple de Jérusalem, en particulier l’épisode du miracle de la fiole d’huile. Arrivés au Temple, les Macchabées procèdent à la purification du lieu saint souillé par les Grecs. Mais ils ne trouvent qu’une seule fiole d’huile portant le sceau du grand prêtre. La quantité d’huile qu’elle contient ne peut brûler qu’un jour, mais ils décident tout de même de l’allumer. Et là, miracle, la flamme brûlera huit jours.

Mais Hanoukka célèbre moins la victoire physique des Hébreux que le miracle de la fiole. D’abord parce que le judaïsme rechigne à méconnaître la « main » de Dieu au profit du génie militaire humain, ensuite parce que les vainqueurs devinrent plus tard un symbole d’oppression et de décadence. À méditer…