Société

Macky Sall au poste

©

L’ancien président de l’Assemblée nationale est suspecté de blanchiment d’argent.

Macky Sall n’a plus de passeport depuis le 27 janvier. Soupçonné de « blanchiment d’argent », l’ancien président de l’Assemblée nationale, en disgrâce, ne peut quitter le Sénégal. Un de ses proches, l’homme d’affaires Abdoulaye Sall, a lui été interpellé pour le même motif, le 26 janvier, en pleine circulation, alors qu’il accompagnait ses enfants à l’école.

Arrivé au Sénégal la veille, en provenance de Libreville où il dirige une entreprise d’import-export, Abdoulaye Sall avait été minutieusement fouillé à l’aéroport. N’ayant trouvé en sa possession qu’une somme de 1 300 euros, les agents de la police des frontières l’ont laissé entrer sur le territoire, non sans photocopier son passeport et toutes ses cartes bancaires. Le lendemain matin, il était déféré devant le procureur.

Abdoulaye Sall est engagé en politique, au sein de la communauté sénégalaise résidant au Gabon. En novembre dernier, il a démissionné du Parti démocratique sénégalais (PDS, au pouvoir) pour rejoindre l’APR-Yakaar de Macky Sall. Ce Toucouleur de Boyinadji s’est proposé de faire gagner les candidats de l’opposition à Matam, circonscription stratégique du pays peul, située dans le nord-est du Sénégal, lors des élections locales du 22 mars prochain. Son nom figure sur une liste secrète de personnes placées depuis plusieurs semaines sous étroite surveillance.

Parmi elles, le célèbre styliste parisien Pape Ndiaye, d’origine sénégalaise, a été interrogé dans la plus grande discrétion le 25 janvier. Il était en transit à l’aéroport pour rejoindre Paris après un séjour dans un pays d’Afrique centrale (dont le chef d’État est l’un de ses clients). Il a été fouillé et soumis à un long interrogatoire par la police, qui le soupçonnait de « porter une valise ». Rien n’a été trouvé. Cependant, selon le ministre de l’Intérieur, Cheikh Tidiane Sy, la fouille a permis d’intercepter « des correspondances avec un chef d’État africain tendant à avaliser l’idée que les fonds incriminés proviendraient de ce dernier ». Allusion à peine voilée au président gabonais Omar Bongo Ondimba, soupçonné d’être le fameux mécène du fondateur de l’APR-Yakaar.

Macky Sall n’a pas été inculpé le 27 à la suite de son audition, qui a duré plus de trois heures dans les locaux de la Sûreté urbaine, mais ses ennuis ne sont pas pour autant terminés. Invité aux États-Unis du 3 au 5 février, il devait quitter Dakar le 2 mais risque de ne pouvoir s’y rendre.

Plusieurs figures de la diaspora sénégalaise ont quitté dernièrement le PDS pour rejoindre Macky Sall, qui mène depuis quelques semaines une campagne très active auprès des Sénégalais de l’extérieur.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte