Politique

Moussa Koussa, de l’ombre à la lumière

Fait marquant du remaniement gouvernemental décidé par Kadhafi : l’inamovible et très secret patron des services spéciaux devient ministre des Affaires étrangères.

Par - Abdelaziz Barrouhi
Mis à jour le 10 mars 2009 à 12:42

Mouammar Kadhafi, le « Guide » de la Jamahiriya, président en exercice de l’Union africaine, a choisi Moussa Koussa pour diriger sa diplomatie. D’après nos informations, ce dernier continuera à superviser les services de la sécurité extérieure. Dans ses nouvelles fonctions, il sera assisté par dix secrétaires d’État, dont un pour la sécurité extérieure et un autre pour les affaires de l’Union africaine. Âgé de 59 ans, Moussa Koussa dirige les services spéciaux libyens depuis une trentaine d’années. Il a été étroitement associé aux négociations secrètes, qui ont abouti à la normalisation des relations entre la Libye et les pays occidentaux, et au démantèlement, en 2003, du programme libyen d’armes de destruction massive.

La nomination de Moussa Koussa aux Affaires étrangères est le fait marquant du remaniement et de la restructuration du gouvernement, intervenus à l’issue de la session annuelle du Congrès général du peuple (CGP, Parlement), qui s’est tenue du 1er au 4 mars à Syrte. Il succède à Abderrahmane Chalgham, en poste depuis huit ans et qui serait appelé à représenter la Libye aux Nations unies. Ali Triki, secrétaire d’État aux Affaires africaines, a, quant à lui, été désigné pour présider l’Assemblée générale de l’ONU, conformément au principe de rotation par groupe géographique, l’Afrique, qui devrait coopter Ali Triki, succédant cette année à l’Amérique latine.