Archives

Essor de la production aurifère

| Par Jeune Afrique

Les autorités burkinabè ont décidé de moderniser en 2009 l’exploitation des minerais du pays, dont le tiers de la production est aux mains des quelque 200 000 orpailleurs traditionnels. Ce qui permettra de tripler la production, qui était de 5,8 tonnes en 2008, pour atteindre 17 tonnes en 2009. Elle passera même à 23 tonnes d’ici à deux ans, selon les autorités, avec notamment l’entrée en production industrielle des mines d’or d’Essakane dans la région du Sahel et Manafouberi dans le Mouhoun, détenue par le norvégien Wega Mining, dont les réserves sont estimées à 120 tonnes. Le sud-africain Randgold Resources, déjà très présent en Côte d’Ivoire et au Mali, a obtenu une licence pour la prospection du site de Klaka dans le Yatenga. En attendant, la production industrielle est assurée par Estrucan, Cluff Mining et High River Gold Mines.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte