Archives

Cinq acteurs clés

Par
Mis à jour le 7 avril 2009 à 16:30

Zéphirin Diabré

Président Afrique-Moyen-Orient

Né en 1959, comme sa patronne, l’ancien ministre burkinabè de l’Économie, ex-DG adjoint du Pnud, est le « Monsieur Afrique » d’Areva depuis 2006. Grâce à son expérience et ses relations avec les dirigeants du continent, il sait déminer le terrain pour ménager des marges de manœuvre à sa patronne. Déterminant au Niger et en Centrafrique. Son côté jovial est un plus.

 

Anne Lauvergeon

Présidente d’Areva

Dirigeante de choc, l’ancien sherpa et conseillère de François Mitterrand, qui fêtera ses 50 ans en août, est d’une redoutable efficacité. Sous la présidence de cette normalienne et ingénieure des Mines, Areva s’est imposé comme le leader mondial du nucléaire civil. Femme de réseaux et au carnet d’adresses bien fourni, sa diplomatie de charme et d’autorité fait mouche en Afrique.

 

Augustin Katumba Mwanke

« Monsieur Mine »

Cet originaire du Katanga de 46 ans est le plus discret des cinq. Depuis son élection comme député en 2006, l’ancien gouverneur du Katanga n’est plus officiellement le conseiller de Joseph Kabila. Mais sa proximité avec le président, son entregent, sa connaissance du secteur minier et son efficacité en font une pièce maîtresse. Pour Areva, il a été à la fois le sésame et la station d’aiguillage pour accéder au chef.

 

Patrick Balkany

L’ami du président

Proche de Nicolas Sarkozy, le maire de Levallois-Perret, 61 ans, multiplie les allers-retours avec le continent. Il entretient des relations privilégiées avec George Forrest. La cellule Afrique de l’Elysée essaie de le contenir, et le Quai d’Orsay est agacé par cet électron libre qui incarne la Françafrique. Avec sa faconde légendaire, il joue de sa proximité avec Sarkozy pour pousser les bonnes portes, notamment pour Areva.

 

George Forrest

PDG du groupe Forrest

Alors que ses activités minières au Katanga chancèlent du fait de la dégringolade des cours du cuivre, le Belge George Forrest, 68 ans, a tout vu et tout vécu en RD Congo depuis les années 1970. Une fois encore, il rebondit en jouant un rôle de facilitateur auprès d’Areva dans le pays, il peut espérer un renvoi d’ascenseur du groupe français, surtout pour sa filiale EGMF dans le génie civil.