Archives

Veolia, Bouzid et Hakam emportent les bus de Rabat

Par - Leïla Slimani
Mis à jour le 15 avril 2009 à 16:14

Un consortium composé de Veolia Transport (51,04 %) et des groupes marocains Bouzid (28,06 %) et Hakam (20,90 %) a remporté l’appel d’offres pour la gestion du réseau d’autobus des villes de Rabat, Salé et Témara. Il était en concurrence avec le britannique National Express et le français Keolis, filiale de la SNCF. Le contrat, qui prendra effet à partir d’août 2009, fera de la société d’exploitation le nouveau délégataire du réseau pour quinze ans. Ce contrat s’inscrit dans la politique de grands travaux entamés en 2007 dans la capitale du Maroc, dont la croissance de la population crée de plus en plus d’engorgements et où les transports en commun sont sous-développés et vétustes.

Veolia a repensé intégralement le réseau des transports, en continuité avec les lignes de tramway qui seront mises en service en 2010. Six nouveaux axes seront définis et des voies dédiées aux bus seront créées sur un total de 83,3 km. L’investissement de 180 millions d’euros sera essentiellement consacré au renouvellement du parc existant. 560 véhicules – dont 150 autobus articulés – plus confortables et plus respectueux de l’environnement seront mis en service. Veolia compte faire des bénéfices par la perception de recettes commerciales auprès des usagers. Le prix du ticket va-t-il exploser ? « Absolument pas », répond-on du côté de la wilaya comme de Veolia, qui parle de prix équivalents à ceux pratiqués actuellement (3 DH, soit 0,27 euro pour un ticket). La question de l’emploi a également occupé une place centrale dans le choix de Veolia. Pour les autorités, l’objectif était à la fois d’intégrer les salariés appartenant aux différentes sociétés privées de transports et les salariés de l’ex-Régie autonome de transport urbain de Rabat. Du côté de Veolia, on s’engage à employer et à former plus de 3 000 collaborateurs.