Dossier

Cet article est issu du dossier «Les 50 qui font le Cameroun»

Voir tout le sommaire
Droits de l’homme

Madeleine Afité

| Par Jeune Afrique

©

51 ans, militante des droits de l’homme

Les émeutes de février 2008 ont fait d’elle l’égérie de la société civile. Elle a été de ceux qui ont dénoncé la répression policière. Le bilan est de quarante morts, selon les autorités. Une centaine, selon la présidente au Cameroun de l’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (Acat). Le pouvoir est prévenu. Il n’en a pas fini avec cette pugnace ancienne gestionnaire d’entreprise et qui plus est proche du cardinal Christian Tumi.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte