Dossier

Cet article est issu du dossier «Les 50 qui font le Cameroun»

Voir tout le sommaire
Culture

Manu Dibango

©

75 ans, musicien

Infatigable, le « patron » ! Alors qu’il a soufflé ses 75 bougies en décembre dernier, Manu Dibango continue d’offrir son rire explosif et les sonorités de son saxo sur les scènes du monde entier. Après la sortie d’African Woodoo, album réalisé à partir de 17 titres inédits des années 1970, le « pape de la musique africaine » n’oublie pas son pays. En attendant le jugement, prévu fin 2009, après la plainte pour plagiat déposée contre Michael Jackson et la chanteuse Rihanna concernant le morceau « Don’t stop the music », l’auteur de « Soul Makossa » mène des actions dans le domaine de l’éducation et de la santé à Limbé. Dans cette ville portuaire située dans le sud-ouest du Cameroun, à 80 km de sa ville natale, Douala, il a déjà fait construire une école. Il souhaite également ouvrir un hôpital.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte