Dossier

Cet article est issu du dossier «Où va le Sénégal ?»

Voir tout le sommaire
Livres

L’empreinte de Mariama Bâ

Premier roman en français d’une Africaine, Une si longue lettre marque l’histoire littéraire et celle du féminisme sur le continent. Pour la première fois, le drame de la polygamie est dénoncé avec force, et c’est l’homme, plutôt que la tradition, qui est désigné comme premier responsable de l’aliénation féminine. Le succès fut immédiat. À travers toute l’Afrique, les femmes se sont reconnues dans le drame vécu par Ramatoulaye, épouse responsable et instruite, qui écrit sa souffrance muette lorsque son mari décide de prendre une autre épouse. À l’inverse, Aïssatou, à qui s’adresse ses lettres, a choisi le divorce en découvrant la liaison de son mari avec une autre femme. Et c’est ce « non » d’Aïssatou refusant de se soumettre à la loi du patriarche qui fait du bref livre de Mariama Bâ l’une des œuvres révolutionnaires du corpus littéraire africain.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte

Toute l'actualité de l'Afrique anglophone

Analyse, débats, expertises... Pour comprendre l'Afrique de demain et d'aujourd'hui

arrow icon Découvrir theafricareport.com
Fermer

Je me connecte