Archives

Air Arabia dévoile ses ambitions

La filiale de la toute jeune compagnie émiratie prend son envol au Maroc avec l’objectif de transporter 5 millions de passagers par an grâce à l’achat de vingt appareils.

Par - Julien Félix, à Casablanca
Mis à jour le 20 mai 2009 à 15:36

La concurrence va redoubler d’intensité dans le ciel marocain. Le 29 avril, Air Arabia a en effet officiellement inauguré sa première filiale au Maroc. « Toutes les destinations à moins de quatre heures trente de Casablanca nous intéressent », prévient Adel Ali, le directeur général d’Air Arabia et patron d’Air Arabia Maroc. Le ton est donné. Et même s’il s’en défend – « nous ne nous voyons pas comme un concurrent de Royal Air Maroc [RAM], le marché marocain est en pleine expansion et il y a de la place pour tous les opérateurs » –, difficile d’imaginer que sa nouvelle filiale n’ira pas rapidement taquiner la RAM avec un tel objectif, y compris sur sa chasse gardée en Afrique de l’Ouest.

Coup de bluff ? Pas si sûr. En à peine six ans d’existence, la jeune compagnie basée à Sharjah, l’un des sept pays des Émirats arabes unis, a déjà réussi à transporter plus de 10 millions de passagers et engrange chaque année des bénéfices supérieurs à 138 millions de dollars pour un chiffre d’affaires qui a atteint 562,9 millions de dollars en 2008, en hausse de 61 %. Sans cesse à la recherche de nouvelles destinations, Air Arabia a passé commande de 34 Airbus A-320 en novembre 2007, avec une option de 15 appareils supplémentaires. Depuis son hub de Casablanca, la filiale marocaine, qui compte bien rapidement devenir la première compagnie low cost du royaume, devant Atlas Blue et Jet4You, cherchera à s’étendre davantage sur le marché africain, notamment sur le marché domestique marocain, tout en s’ouvrant les portes de l’Europe, de la Turquie ou de l’Égypte.

Pour mettre un pied dans le royaume, le transporteur du Moyen-Orient s’est associé à la compagnie locale Regional Air Lines. Dotée d’un capital de 50 millions de dollars, Air Arabia Maroc est détenue à 51 % par des marocains (Holmarcom et Finance.com, principaux actionnaires de Regional Air Lines). Le reste du capital est entre les mains d’Air Arabia et d’Ithmaar Bank, une banque d’investissement de Bahreïn. En revanche, les décisions stratégiques seront prises par Air Arabia, qui assurera le management de la filiale.

D’ici à octobre, deux nouveaux appareils rejoindront les deux A-320 dont dispose la filiale marocaine. « Nous comptons acquérir trois ou quatre A-320 supplémentaires chaque année, confie Adel Ali. À terme, nous devrions disposer d’une vingtaine d’appareils et transporter plus de 5 millions de passagers chaque année. Nous avons une vision à long terme. Mais nous ne serions pas surpris que notre nouvelle filiale atteigne un rendement similaire à celui de la maison mère. » Air Arabia avait atteint son seuil de rentabilité dès la première année…