Politique

Le plan Obama

| Par Jeune Afrique
D.R.

© D.R.

On connaît les grandes lignes du « plan de paix » que Barack Obama doit rendre public le 4 juin, au Caire, en vue de mettre fin au conflit israélo-arabe.

Il porterait d’abord sur la création d’un État palestinien sur les frontières de 1967, avec des rectifications décidées au cours de négociations entre Israéliens et Palestiniens. La Palestine serait démilitarisée, mais jouirait d’une continuité territoriale et de la souveraineté. Jérusalem-Ouest serait la capitale d’Israël, et Jérusalem-Est celle de la Palestine. La vieille ville, qui abrite les Lieux saints de trois religions monothéistes, aurait un statut international. Quant aux réfugiés, ils pourraient exercer leur « droit au retour » en Palestine, ou, à défaut, s’établir ailleurs en échange de compensations.

Le règlement de paix concernerait en outre le Liban, la Syrie et, au-delà, l’ensemble des États arabes, comme le proposait, en 2002, l’Initiative arabe de paix. Diverses mesures de normalisation concernant les communications téléphoniques, la circulation des touristes ou les échanges économiques précéderaient la signature d’un traité de paix.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3101_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer