Économie

Les banques en forte hausse

Deux semaines d’annonces de résultats confirment la vitalité bancaire du pays en 2008. Les filiales de groupes internationaux tirent leur épingle du jeu.

Par
Mis à jour le 26 mai 2009 à 17:30

En annonçant son premier bénéfice depuis 2005 et un PNB en hausse de 22,7 %, à 128,5 millions de dinars (DT, 95 millions de dollars), Attijari Bank a marqué le feuilleton des annonces de résultats des banques tunisiennes pour 2008. Il s’est achevé le 23 mai par l’assemblée générale de l’Arab Tunisian Bank (ATB). Si tous les groupes privés affichent de bonnes performances, à commencer par le premier d’entre eux, la Biat, les banques à capitaux étrangers tirent leur épingle du jeu : + 16,3 % pour le PNB d’ATB à 116,7 millions de DT, + 33 % pour celui de l’UIB à 90,5 millions de DT et + 13,6 % pour l’UBCI à 93 millions de DT. Par comparaison, le PNB de la Biat a progressé de 8,23 %, à 260,5 millions de DT. Déficitaire depuis cinq ans, l’UIB annonce elle aussi son premier bénéfice, certes modeste, à 0,9 million de DT. « Les banques privées avaient fait d’importantes provisions pour améliorer leurs ratios de créances douteuses », commente Salma Zammit, de la société de Bourse Mac SA.

Il reste quelque chemin à parcourir dans ce domaine, si l’on en juge par les comptes d’Attijari Bank, qui s’approche tout juste du taux réglementaire de 70 % de couverture des créances douteuses. Il était de 19 % en 2005, date de la privatisation de la Banque du Sud au profit du groupe marocain Attijariwafa Bank. « La consolidation des fonds propres et l’amélioration de la qualité de services sont nos deux priorités pour 2009 », indique Hassan Bertal, directeur général d’Attijari Bank. Avec 32 points de vente ouverts en 2008, il juge le maillage du territoire suffisant et veut développer sa part de marché, que Mac SA estime à 8,7 % (7,7 % en 2007).

Dans l’ensemble, les banques tunisiennes ont connu un excellent exercice 2008. Toutes en hausse, elles conservent leurs positions respectives dans notre classement par le total de bilan (voir tableau). Et il est peu probable que la crise mondiale les affecte durement cette année, comme en témoigne la publication des premiers résultats trimestriels. La Biat, par exemple, présente un PNB en hausse annuelle de 4,3 % à la fin du premier trimestre.