Politique

Iran : Moussavi hyperbranché

Par
Mis à jour le 2 juin 2009 à 12:52

À quelques jours de la fin de la campagne électorale pour la présidentielle du 12 juin, un sondage effectué dans les grandes villes iraniennes place le candidat réformateur, Mir Hossein Moussavi, devant le président sortant, Mahmoud Ahmadinejad, avec 38 % d’intentions de vote, contre 34 % à son adversaire conservateur.

L’explication de cette rapide ascension dans les sondages pourrait se trouver dans la formidable expansion d’Internet dans la République islamique. Contrairement aux idées reçues, l’Iran comptait, selon une étude de l’Union internationale des télécommunications (UIT), près de 23 millions d’internautes en 2008, sur une population de 71 millions d’habitants, soit une proportion importante. Des quatre candidats en course, Moussavi est sans doute celui qui a le mieux saisi l’enjeu de l’information électronique. Non seulement son site de campagne est régulièrement actualisé, mais il ne rechigne pas à participer aux forums politiques en ligne, dont le nombre a décuplé en cette période électorale. Boycotté par les ayatollahs, boudé par les Gardiens de la Révolution, qui lui préfèrent Ahmadinejad, Mir Hossein Moussavi aurait pu avoir comme slogan de campagne : « Un turban, c’est bien, la Toile, c’est mieux ».