Politique

Dadis et les juges

Le dernier épisode de ce que l’on appelle, à Conakry, le « Dadis Show » (pour désigner les diatribes récurrentes et enflammées de Moussa Dadis Camara, chef de la junte qui dirige la Guinée depuis le 23 décembre 2008), n’a pas été du goût des magistrats, loin s’en faut…

Ces derniers avaient déclenché une grève pour réclamer la suppression du poste de secrétaire d’État chargé des conflits, dont le titulaire, le lieutenant Issa Camara, s’employait à trancher des litiges pendants devant les tribunaux tout en multipliant les attaques contre leur moralité.

« Au moment où nous nous battons pour que les Conakrykas aient accès à l’eau et à l’électricité, vous décidez de vous mettre en grève, comme si vous étiez supérieurs aux enseignants et aux médecins ! » leur a lancé Dadis, furieux. « Tous les magistrats qui ne sont pas présents à cette rencontre sont radiés de la fonction publique », a-t-il menacé, avant de conclure : « Je jure sur la tête de mes enfants que j’ai déjà signé le décret supprimant le secrétariat d’État chargé des conflits. Mandjou [le chef du bureau de presse de la présidence, NDLR], montre ce décret aux anciens Premiers ministres ici présents pour qu’ils lisent et sachent que je ne mens pas ! Mais je garde le décret jusqu’à ce que [les grévistes] soient radiés. Monsieur le Ministre de la Justice, prenez les noms de tous ceux qui sont absents. Vous voulez paralyser l’administration ? Je vais vous paralyser moi aussi ! Et si vous n’arrêtez pas, je vais vous mater. »

Mais devant l’indifférence des juges, le chef de la junte a dû faire machine arrière. Le 5 juin, il annonçait qu’il renonçait à la mesure de radiation et, le lendemain, il supprimait, par décret, le secrétariat d’État chargé des conflits. Non sans nommer Issa Camara, promu capitaine, au poste de gouverneur de Mamou, « chargé de la lutte contre les coupeurs de routes et les voleurs de bétail sur toute l’étendue du territoire ».

Ces péripéties sont caractéristiques de ce qu’on pourrait appeler « la méthode Dadis », faite de coups de gueule et de décisions intempestives, et qui inquiète de plus en plus.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte