Musique

Charlotte Mbango, impératrice du makossa

L’une des grandes dames de la chanson africaine, Charlotte Mbango, nous a quittés le 2 juin dernier, à Paris. Cette impératrice du makossa, un style de musique du Cameroun, était originaire de la région du Littoral de Douala, la capitale économique du Cameroun, et issue du peuple Bona Mouti.

Charlotte Mbango a commencé à chanter dans sa région natale, à l’église, alors qu’elle était encore une adolescente, vers l’âge de 13 ans. Après des années de travail et de perfectionnement de sa voix de soprano, elle est devenue choriste pour de grands artistes comme Manu Dibango. Elle a fondé ensuite un « negro & spiritual band », une troupe de chanteurs qui se consacraient à la musique religieuse.

Parallèlement, elle mena une carrière de chanteuse solo, essentiellement dans le style makossa. Elle réussit à toucher le cœur du public camerounais, particulièrement dans les années 1980 avec son fameux titre « Konkai Makossa », qui permit à son album de devenir disque d’or (la récompense lui sera remise par le couturier Paco Rabanne) et à sa popularité de dépasser les frontières du Cameroun pour atteindre toute l’Afrique, et au-delà. Elle a travaillé avec des chanteurs comme Tom Yoms, Guy Lobe, Joe Mboule, Paul Simon…

Elle était depuis restée une star incontournable au Cameroun et dans tout le continent africain. Jusqu’à aujourd’hui, elle faisait danser des générations entières. Son corps sera rapatrié à Douala, où elle sera inhumée. Paix à son âme.

Imane Ayissi, styliste, Paris, France

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte