Dossier

Cet article est issu du dossier «Tout sur les riches»

Voir tout le sommaire
Société

La solitude du milliardaire

| Par Jeune Afrique
La classe aisée de Nouakchott se ressource dans le désert autour d'un mouton partagé entre amis

La classe aisée de Nouakchott se ressource dans le désert autour d'un mouton partagé entre amis © DR

Il est difficile d’être riche en Mauritanie. À Nouakchott, le grand bourgeois – le plus souvent parvenu à ce statut par le commerce – ne trouve ni golf, ni boutique de luxe, ni restaurant ruineux pour satisfaire son appétit de consommation. Ses seules solutions pour dépenser sa fortune in situ : acquérir chez un concessionnaire local un 4×4 de marque allemande (au demeurant fort utile pour affronter les rues cahoteuses de Nouakchott) et faire construire d’imposantes villas, avec terrasse, à Tevragh-Zeina, « le » quartier huppé de la capitale. Les sacs à main, les larges lunettes de soleil griffés Prada ou Gucci et les écrans plats, c’est ailleurs qu’il les achète : à Paris, Dubaï, Las Palmas, Madrid, où il se rend régulièrement, en classe affaires, pour des séjours associant business et vacances. Toutefois, le vrai repos, celui qui ressource, c’est au pays qu’il le prend : dans un campement en brousse, où les journées se passent à méditer, deviser et manger du mouton, rarement accompagné d’alcool dans cette République islamique. Une vie dorée qui, toutefois, dépend des relations que le milliardaire – en ouguiyas – entretient avec le pouvoir présidentiel en place : mieux vaut pour ses affaires que sa tribu soit dans les petits papiers du palais et qu’il ait généreusement participé à la campagne électorale.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte