Dossier

Cet article est issu du dossier «Tout sur les riches»

Voir tout le sommaire
Société

Les nouveaux excès d’Abidjan

| Par
escale dans la "baie des milliardaires" sur l'île Boulay, au large d'Abidjan

escale dans la "baie des milliardaires" sur l'île Boulay, au large d'Abidjan © DR

À Abidjan, peu de gens peuvent localiser la « baie des milliardaires », sur l’île Boulay, à quelque quinze minutes en bateau de la capitale ivoirienne. Il faut dire qu’il n’existe pas de navettes grand public, son accès étant réservé aux détenteurs de yachts. Tous les propriétaires de résidences dans cette baie en possèdent un. Les « babatchès » se sont ainsi créé leur petit monde, coupé des réalités locales, et vivent dans une bulle. Un quartier du nom de Beverly Hills est sorti de terre pour abriter des demeures d’un luxe insolent.

Le mois dernier, c’est là-bas, loin du tumulte de la ville, que le directeur général de BNI Finances, Pascal Djereke, a convié parents et amis à fêter son anniversaire. Organiser une croisière pour un tel événement, c’est le top.

Pour souffler ses quarante bougies, Evariste Méambly, un proche de Charles Blé Goudé, a édité une brochure spéciale, tout en couleurs et sur papier glacé, pour relater les différentes étapes de son ascension sociale. Les invités ont adoré. Abidjan se souvient encore de « l’incroyable anniversaire » d’Anne-Marie Emmanuelle Ekra, la fille de Victor Ekra, un homme d’affaires proche de Laurent Gbagbo. Invités de haut rang, décor féerique dans un site paradisiaque situé au bord de la lagune… rien ne manquait. Pas même une dizaine de climatiseurs destinés à distiller de l’air frais en extérieur ! Les extravagances de Victor Ekra et son goût immodéré pour le luxe sont entrés dans la légende. Il a été au cœur du « scandale de la Maybach », une Mercedes en série limitée achetée pour plus de 1 million d’euros.

Dans les boîtes de nuit, comme Le Mix, Ice, La Place Vendôme ou Le Cœur Samba, les virées nocturnes tournent parfois au ridicule. Des millions de francs CFA sont engloutis en une seule nuit. Le brut millésimé coule à flots, certains allant même jusqu’à se faire laver les pieds dans des seaux à champagne.

Les voitures sont les premiers signes extérieurs de richesse à Abidjan. Hummer, BMW X6, Audi Q7, Land Rover blindée… certains n’hésitent pas à aligner deux ou trois de ces marques dans leur parc automobile. C’est notamment le cas des ex-rebelles, commandants de zone, qui garent leurs bolides sur le parking de l’hôtel du Golf, où ils ont l’habitude de loger.

L’homme d’affaires Stéphane Kipré, leader d’un parti politique et gendre du président Gbagbo, possède une vingtaine de grosses cylindrées. Lors de son mariage en juillet 2007, c’est dans un décor sorti d’un conte de Grimm, avec carrosse et citrouille, qu’il a reçu ses invités à la résidence présidentielle de Cocody. Aujourd’hui, la mode est à l’affrètement d’avion ou à l’achat d’une centaine de billets pour organiser des cérémonies nuptiales en Europe. Un luxe que s’est offert Amadou Koné, ministre de l’Intégration africaine, pour son mariage à Paris. Idem pour Jacques Anouma, président de la Fédération ivoirienne de football (FIF) et directeur administratif et financier de la présidence, pour le mariage de sa fille en Suisse. Plus récemment, le mariage princier de Denis Bra Kanon, célébré le 15 avril à Augerville-la-Rivière, dans le Loiret (centre de la France), a marqué les esprits. Ex-ministre de l’Agriculture d’Houphouët-Boigny, le marié est décédé le 9 juin dernier à Man, dans l’ouest de la Côte d’Ivoire. Mais le feu d’artifice et le lâcher de confettis par hélicoptère sont encore visibles sur le site YouTube.

En véritables seigneurs, ces nantis entretiennent une véritable cour, et sont suivis de valets – affublés du titre de « chargés de mission » – dont la fonction principale est de payer les achats ou bien encore de trimbaler les nombreux téléphones portables du patron. La présence de gardes du corps achève d’attester de l’importance de la personne. Devant des restaurants VIP comme La Croisette, Le Grand Large, Le Montparnasse, Chez Georges ou encore La Taverne romaine, on peut croiser ce petit personnel qui guette la sortie du « boss ».

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte