Archives
Télécoms, à l’heure des grandes manoeuvres

Cet article est issu du dossier

Télécoms, à l’heure des grandes manoeuvres

Voir tout le sommaire
Archives

Comment rester bénéficiaire

Mis à jour le 24 juin 2009 à 15:17

Malgré la concurrence croissante, la téléphonie mobile en Afrique affiche des tarifs particulièrement élevés, surtout au regard du pouvoir d’achat. Les grands groupes, tous cotés en Bourse, sont très clairement au service de leurs actionnaires, eux-mêmes obsédés par la création de valeur. En témoignent les taux de rentabilité impressionnants qu’ils continuent d’afficher. En 2007, les trois opérateurs sud-africains présentaient un ratio des bénéfices au chiffre d’affaires égal à 16 %, équivalent à celui des entreprises opérant dans les mines ou le pétrole, alors en pleine effervescence. Avant de songer à vendre, Zain avait annoncé son intention de réduire de 15 500 à 13 500 le nombre de ses employés africains, ce qui lui permettait d’augmenter sa marge bénéficiaire de 5 %… Les filiales au Kenya, au Malawi et en Sierra Leone seraient concernées.