Politique

Un général à l’ombre

Figure de proue particulièrement tonitruante de l’opposition radicale congolaise, le général à la retraite Emmanuel Ngouélondélé (qui fut chef des services spéciaux dans les années 1980) est surveillé de près par les autorités. Motif : il a joué un rôle de catalyseur dans la manifestation d’opposants mécontents des résultats de l’élection présidentielle, qui, à Brazzaville, le 15 juillet en fin d’après-midi, ont tenté de prendre d’assaut le Parlement, le siège de la Cour constitutionnelle, puis le quartier de Ouenzé, avant d’être dispersés par la police. Informé de la présence en tête du cortège d’un homme qui lui est apparenté (le fils et la fille de Ngouélondélé ont épousé l’une de ses filles et l’un de ses neveux), le président réélu, Denis Sassou Nguesso, a donné l’ordre non pas de l’arrêter, comme on l’a cru, mais de le raisonner et de le raccompagner chez lui. Ce qui a été fait par le chef de la police en personne, le général Jean-François Ndenguet.

 

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte