Diasporas

Coup de balai à Guangzhou

La communauté africaine de Guangzhou (ex-Canton), la plus importante de Chine (environ 50 000 personnes), se plaint de plus en plus ouvertement des contrôles musclés et autres mesures d’expulsion dont elle se dit victime de la part de la police, dans le cadre des « opérations de sécurité » préludant aux cérémonies du 60e anniversaire du régime communiste, en octobre prochain.

À la suite de la mort d’un petit commerçant nigérian au cours d’un raid policier, plusieurs centaines d’Africains ont osé l’impensable. Ils ont, le 15 juillet, promené le corps du défunt dans le secteur du marché central avant d’encercler un commissariat de la ville. Les forces de l’ordre ont rapidement réagi, procédant à plusieurs arrestations. Commentaire, par mail, d’un correspondant de J.A. à Guangzhou : « En Afrique, les Chinois nous demandent de les protéger d’Al-Qaïda. Mais ici, qui nous protège ? »

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte