Livres

Pas de « Harry Potter » en arabe

La députée travailliste israélienne Yuli Tamir a déposé fin juillet à la Knesset un projet d’assouplissement d’un aspect peu connu (et particulièrement liberticide) de l’embargo imposé par l’État hébreu à l’encontre de la plupart des produits syriens et libanais. Selon la loi, les livres édités à Beyrouth ou à Damas, capitales de pays réputés ennemis, sont interdits en Israël et systématiquement confisqués à la frontière. Quand on sait que la majorité des ouvrages de qualité en arabe (et la quasi-totalité des traductions) circulant dans la région est éditée au Liban, le résultat est sans appel : les arabophones d’Israël n’ont pratiquement rien à lire, y compris les enfants, privés des traductions d’œuvres aussi subversives qu’Harry Potter ou Pinocchio. Une aberration…

 

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte