Politique

Le sondage qui dérange (suite)

©

Laurent Gbagbo vainqueur quel que soit son adversaire, Henri Konan Bédié ou Alassane Ouattara : tels sont les résultats du sondage TNS Sofres sur les intentions de vote au second tour de l’élection présidentielle ivoirienne dont J.A. a pu prendre connaissance. Dans notre dernier numéro, nous vous avons livré les premières indications significatives de cette enquête d’opinion commandée par le Front patriotique ivoirien (le parti de Gbagbo) et réalisée au cours de la première quinzaine du mois de juin par l’institut français. Elles donnaient l’actuel président largement en tête au premier tour avec 43 % des voix, ses deux adversaires, Konan Bédié et Ouattara étant au coude à coude avec, respectivement, 29 % et 28 % des suffrages*.

Si l’on en croit ce sondage, la tendance serait la même au second tour pour Laurent Gbagbo, qui, en cas de qualification, l’emporterait par 52 % des voix contre Bédié et par 58 % contre Ouattara. Eu égard à celui réalisé ensemble par les deux leaders de l’opposition au premier tour (57 %), ce score pose clairement le problème du mauvais report des voix de l’un sur l’autre. La déperdition est forte et, en l’occurrence, décisive en faveur de Gbagbo, surtout dans l’hypothèse d’un face-à-face avec Ouattara. Plus que jamais, l’alliance entre le candidat du PDCI et celui du RDR apparaît comme étant une alliance de chefs et d’états-majors, le « message » ayant quelques difficultés à descendre au sein de la troupe.

Reste l’hypothèse d’un renversement de tendance et d’un second tour où Laurent Gbagbo ne figurerait pas. Dans ce cas, les intentions de vote, si l’on en croit l’enquête, sont nettes : 56 % pour Bédié – qui bénéficierait du report de la majorité des électeurs de Gbagbo – et 44 % pour Ouattara.

On n’en est certes pas là. Un sondage n’est qu’un sondage et d’autres enquêtes d’opinion existent, réalisées notamment par l’Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire (Onuci), dont on aimerait connaître les modalités et les résultats. Il y a trois ans, l’une d’entre elles avait circulé auprès des diplomates en poste à Abidjan. Elle portait sur l’indice de popularité des principaux leaders politiques et Laurent Gbagbo, déjà, arrivait en tête.

* Un document intermédiaire de TNS Sofres donne des chiffres inverses en ce qui concerne ces deux derniers candidats : 29 % pour Ouattara et 28 % pour Bédié. Interrogé, le directeur du département stratégie et opinion de l’institut, Emmanuel Rivière, précise qu’il s’agit là d’une « erreur de saisie » qui a été ultérieurement corrigée. « Le résultat est bien Bédié devant Ouattara », maintient-il, tout en reconnaissant qu’une différence de 1 % à 2 % n’étant, à ce stade, pas significative, « vous pouvez les considérer à égalité ».

 (Lire également notre reportage à Abidjan dans le numéro 2534 de Jeune Afrique)

 

 

 

 

 

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte