Archives
Guinée Equatoriale, la politique du résultat

Cet article est issu du dossier

Guinée Equatoriale, la politique du résultat

Voir tout le sommaire
Archives

Le boom hôtelier

Mis à jour le 5 août 2009 à 13:08

Avec l’accent mis sur le développement touristique, depuis cinq ans, c’est l’effervescence dans l’hôtellerie. Ce sont les grandes villes qui, les premières, ont vu leur parc hôtelier s’étendre, avec l’ouverture d’hôtels de haut standing, tels le Sofitel Malabo Président Palace et l’hôtel présidentiel de Mongomo, ainsi que de 3 ou 4 étoiles, comme le 3-de-Agosto, le Bahia II ou le Paraiso à Malabo, le Plaza et le Carmen à Bata. Des établissements qui accueillent surtout une clientèle d’affaires et de congrès, au prix fort. L’ouverture prochaine du Hilton de Malabo et la construction d’un hôtel de luxe à Sipopo, à quelques kilomètres, celle d’un Hilton et de deux Ibis à Bata, permettront-elles de faire baisser les prix des chambres ? En tout cas, ces projets obligent déjà les hôteliers à rénover leurs installations et à améliorer leurs prestations. Déjà, Mbini et Bolondo, dans le Rio Muni, se sont dotés d’hôtels de tourisme, et le mouvement devrait suivre à Mongomo, à Kogo (Rio Muni), à Moka (île de Bioko), dans les îles de Corisco et d’Annobón, ainsi qu’à Bata et à Malabo, dans la future zone résidentielle, en bord de mer. Reste à espérer que l’activité touristique suivra réellement. Car, pour l’heure, le taux d’occupation des établissements dépasse rarement 40 %.