Archives
Guinée Equatoriale, la politique du résultat

Cet article est issu du dossier

Guinée Equatoriale, la politique du résultat

Voir tout le sommaire
Archives

Branle-bas de combat dans la distribution

Mis à jour le 5 août 2009 à 13:12

Supermarché Martinez Hermanos, à Malabo © DR

L’augmentation du pouvoir d’achat des Équato-Guinéens, liée au boom pétrolier et au démarrage des grands chantiers publics, ainsi que l’installation d’expatriés venant d’horizons variés ont profondément modifié les habitudes de consommation. Du coup, pour s’adapter aux nouvelles exigences de leur clientèle, les réseaux de distribution locaux ont dû élargir leurs offres de produits. L’ouverture d’hôtels de standing, demandeurs de produits haut de gamme, a lancé la tendance.

La gamme des distributeurs, qui ont chacun leurs spécialités, s’est étoffée. La chaîne espagnole Martínez Hermanos, présente à Malabo et Bata, reste la doyenne des importateurs et des distributeurs de produits alimentaires de gros et de détail, mais elle a de plus en plus de concurrents. Racheté par le français Fléchard, Guinaco dispose de deux supermarchés à Malabo, tandis que le libanais EGTC en a un à Malabo et un autre Bata. Grossistes et détaillants, l’espagnol Comercial Santy, le libanais AJM, le malien Sahel et l’équato-guinéen Lumeco disposent aussi d’entrepôts et de boutiques en ville. Le dernier arrivé, Ventage, détenu par un Libanais, propose meubles et matériels hifi et vidéo dans son kitsch magasin de Malabo.

Si le tissu ancien des villes associe toujours la petite boutique et la supérette, dans les quartiers récents, c’est le supermarché qui domine, tandis que le magasin-entrepôt, à l’américaine, se développe le long des grandes artères et que les boulangeries et épiceries fines s’installent à proximité des grands hôtels. Prochaine étape : l’ouverture de centres commerciaux, avec parking et services annexes, comme celui qui doit s’implanter à Malabo sur l’avenue Hassan II.