Cinéma

Le cinéma algérien, entre les deux rives de la Méditerranée

| Par Jeune Afrique

De Merzak Allouache (photo ci-contre), 64 ans, le public français connaît surtout les derniers films, dont Bab el-Oued City, Salut cousin ! et Chouchou, avec Gad Elmaleh. Mais son film phare qui l’a fait connaître hors des frontières algériennes, Omar Gatlato, chronique picaresque d’une jeunesse algéroise désœuvrée, date de 1976. Plus de trente ans plus tard, « le cinéma algérien is back », selon la formule de Lyes Salem, 36 ans, qui a raflé une moisson de prix internationaux pour son premier long-métrage sorti en 2008, Mascarades, en sus d’un césar décroché en 2004 pour un court, Cousines. Autre révélation, Tarik Teguia, qui s’est offert son premier long-métrage à 41 ans : sorti en 2007, Roma wa la N’Touma (Rome plutôt que vous) a été salué par la critique, rassurée par le suivant, tout aussi réussi, Gabbla (Inland), sorti sur les écrans français en juin 2009.

Enfin, Rabah Ameur-Zaïmeche, né en Algérie en 1966 et qui a grandi en Seine-Saint-Denis, est un autre maillon de ce cinéma franco-algérien en plein essor. Bled Number One puis Dernier maquis, qui ont reçu un accueil enthousiaste au Festival de Cannes, respectivement en 2006 et en 2008, outre d’autres prix glanés ailleurs, ont achevé d’en faire une valeur sûre.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3092_600x855 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte