Dossier

Cet article est issu du dossier «Côte d'Ivoire: déclic électoral?»

Voir tout le sommaire
Politique

Charles Blé Goudé : rhétorique et réconciliation

| Par Jeune Afrique
Falone

© Falone

Trentenaires ou quadragénaires, ils se sont fait remarquer au début des années 2000 et s’imposent aujourd’hui dans le paysage politique, économique et social.

C’est un leader charismatique qui ne paie pas de mine. Petit, maigre, il passerait inaperçu s’il n’avait pas un vrai talent, celui de haranguer les foules. Le président du Congrès panafricain des jeunes et des patriotes (Cojep), Charles Blé Goudé, sait parler, il a le ton dur et convaincu de ceux qui ne doutent pas, il manie la formule qui fait mouche et possède un don pour la rhétorique. Un de ses regrets, d’ailleurs, est de ne pas avoir choisi le métier d’avocat. Pour ses admirateurs, il est « talentueux et intelligent » pour ses détracteurs, il n’est qu’un « petit fasciste ».

Militant de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (Fesci) quasiment depuis sa création en 1990, il grimpe rapidement les échelons du syndicat et devient, en 1996, secrétaire national à l’organisation. Deux ans plus tard, il prend la tête du mouvement, succédant à l’actuel Premier ministre et chef de la rébellion, Guillaume Soro. La Fesci se déchire alors entre différents courants et les problèmes se règlent à la machette. Le pouvoir de l’époque, celui d’Henri Konan Bédié, n’a de cesse de le neutraliser. Entre 1994 et 1998, Blé Goudé sera emprisonné huit fois.

Mais c’est en tant que leader des Jeunes patriotes qu’il prendra de l’étoffe. Pendant plusieurs années, il va mobiliser la jeunesse autour de Laurent Gbagbo sur le thème de l’indépendance de la Côte d’Ivoire avec des discours nationalistes enflammés. Après avoir mobilisé – certains disent manipulé – une frange de la jeunesse, appelé à des manifestations violentes et écopé de sanctions onusiennes, à 37 ans, Blé Goudé s’est mu en « ambassadeur de la paix » – titre que lui confère le gouvernement en avril 2007, dans la perspective d’une réconciliation nationale. Il prône désormais la paix et fait campagne pour Gbagbo.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3092_600x855 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte