Société

L’étau se resserre sur Habré

Par
Mis à jour le 28 septembre 2009 à 16:02

L’ancien dictateur tchadien Hissène Habré se démène pour obtenir de ne pas être jugé par le Sénégal, où il réside depuis son départ du pouvoir en 1990, estimant que les juridictions de ce pays, y compris la Cour de cassation, ont déclaré irrecevable la plainte déposée contre lui par ses victimes. Il a même déposé une plainte contre ce pays devant la cour de justice de la Cedeao. Mais le vent ne semble pas tourner en sa faveur. La Belgique leur ayant proposé, en juillet, une assistance judiciaire, les autorités sénégalaises ont proposé que deux magistrats (Mao Sémou Diouf, doyen des juges d’instruction, et le juge Aziz Seck) se rendent à Bruxelles pour étudier le dossier préparé par la justice belge, qui a instruit l’affaire Habré à la suite des plaintes de plusieurs victimes résidant aujourd’hui dans le royaume.