Immigration

Petits piments

De l’abbé Fulbert Youlou à Denis Sassou Nguesso, de Massemba-Debat à Lissouba, de Ngouabi à Yhombi, en passant par Alfred Raoul, qui ne régna que quelques heures le temps de donner son nom à un boulevard, tous ceux qui ont eu à présider aux destinées de ce pays vous le confirmeront : diriger les Congolais, c’est comme naviguer sur les rapides du grand fleuve. Il faut être habile pour ne pas sombrer. À fleur de courant, tapis sous l’aimable frondaison des jacinthes d’eau, les récifs abondent. Ils ont pour noms divisions ethniques, malédiction du pétro-CFA, pratiques occultes, individualisme forcené, égalitarisme acéphale, appât du gain facile et de ce qui va avec : femmes, 4×4 et salons kitsch en marbre de Carrare. Résultat, la notion d’alternance se résume encore à un « ôte-toi de là que je m’y mette » autour de la table du banquet, celle de biens et de services publics se vérifie chaque jour au spectacle des décharges à ciel ouvert et des caniveaux bouchés, et les trop rares initiatives individuelles suscitent, quand elles réussissent, un zest d’admiration… et un tombereau de jalousies.

À en croire les soupirs des dirigeants, s’occuper d’un peuple aussi pimenté, râleur, railleur et éternellement insatisfait relève de l’apostolat – à défaut de faire croire au bénévolat. Que de confidences n’avons-nous pas recueillies sur le thème « mes compatriotes sont ingouvernables, croyez-moi ; ils ne me méritent pas, ce sont des ingrats ». Et pourtant : sur les huit chefs d’État (en comptant Sassou 1 et 2) qui se sont succédé depuis l’indépendance, aucun n’a quitté le pouvoir de son plein gré – comme quoi le sacerdoce doit avoir quelques avantages. Aucun sauf un, Denis Sassou Nguesso. Battu dans les urnes en 1992, il s’est élégamment retiré avant de préparer, dès le lendemain, son retour. Le fait qu’il soit, dix-sept ans plus tard, toujours au sommet de l’État n’est donc pas uniquement le fruit d’un rapport de forces, mais aussi la récompense d’un homme qui a su, quand il le fallait, composer avec les aléas de la démocratie. Même ses adversaires le reconnaissent : au milieu des grains et des tourbillons de la vie politique congolaise, il n’y a pas meilleur pagayeur que l’enfant d’Edou.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte