Archives

Un panama pour Zelaya

Entre deux conférences de presse, le président hondurien Manuel Zelaya se délasse dans les jardins de l’ambassade du Brésil, où il a trouvé refuge depuis son retour clandestin au pays, le 21 septembre. Élu en 2005 sous l’étiquette du Parti libéral (droite), ce grand propriétaire terrien a rallié la gauche radicale « bolivarienne » trois ans plus tard. Le 28 juin dernier, il a été chassé du pouvoir et, temporairement, du Honduras par un coup d’État militaire. Motif invoqué : il voulait modifier la Constitution pour se maintenir au pouvoir.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte