Politique

Nady, l’atout nordiste du président Gbagbo

Mis à jour le 30 octobre 2009 à 09:39

En 2001, le chef de l’État Laurent Gbagbo a officialisé sa relation avec la journaliste Nadiana Bamba, alias Nady, qu’il a épousée selon la tradition malinkée. Très influente, cette femme de pouvoir ne se cache plus. La « seconde première dame », âgée de 38 ans, avait déjà une entreprise de communication et de relations publiques, Cyclone, qui édite le quotidien pro-Gbagbo Le Temps, l’hebdomadaire Le Temps Hebdo et Prestige Magazine. Depuis 2008, elle s’est plus clairement encore investie dans la politique et travaille quotidiennement à la réélection du chef de l’État.

Nady coordonne une partie de la communication du candidat Gbagbo avec Stéphane Fouks, d’Euro RSCG. La « Petite Maman » du Palais a mis en place un léger staff de campagne et a parrainé la création de plusieurs associations de Nordistes pour soutenir son époux, notamment le mouvement « J’aime Gbagbo », présidé par Touré Al Moustapha.

L’ancienne correspondante d’Africa numéro 1 multiplie les meetings dans le Nord et dans les grandes villes de l’Ouest à forte population nordiste. L’animation est parfois assurée en langue malinkée, et Gbagbo présenté comme « le beau-frère des Dioulas ». Les services du Palais ne lésinent pas sur les moyens pour appâter cette population réputée acquise à Alassane Ouattara, et Nady finance le pèlerinage à La Mecque de plusieurs centaines de musulmans. Elle a souvent à disposition le Grumman présidentiel pour ses déplacements à l’intérieur du pays, quand Simone Gbagbo se contente d’un hélicoptère de l’armée ivoirienne.