Dossier

Cet article est issu du dossier «RD Congo: Désirs d'avenir»

Voir tout le sommaire
Archives

Entre deux Afriques, son coeur balance

| Par

À l’occasion de la 33e réunion du conseil des gouverneurs de l’Association des Banques centrales d’Afrique, qui s’est tenue à la fin d’août dernier, à Kinshasa, l’instauration de cinq regroupements sous-régionaux, chacun battant monnaie, étape intermédiaire avant l’éventuelle création d’une monnaie unique africaine, fixée à l’horizon 2021, a été au centre des débats. « À cette étape, il ne sera plus possible d’appartenir à plusieurs organisations sous-régionales », explique Jean-Claude Masangu Mulongo, le gouverneur de la Banque centrale de la RD Congo.

Un choix cruel pour le pays, membre de quatre organisations sous-régionales, dont la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC), la Communauté de développement d’Afrique centrale (SADC), dont elle assure la présidence pour un an depuis septembre dernier, le Marché commun d’Afrique orientale et australe (Comesa) et la Communauté économique des pays des Grands Lacs (CEPGL). À l’évidence, c’est entre la CEEAC et la SADC qu’il devra choisir. Soit, d’un côté, une organisation francophone, arrimée à l’Afrique centrale, de quelque 125 millions d’habitants, dont elle est l’un des États les plus peuplés et potentiellement le plus riche. Et, de l’autre, une organisation à dominante anglophone, tournée vers le sud du continent et forte de quelque 235 millions d’habitants, dont l’Afrique du Sud est la pièce maîtresse.

À Kinshasa, les avis sont partagés. « C’est un choix géopolitique qui exige beaucoup de recul. Par sa taille et sa position géographique, la RD Congo compte neuf voisins et appartient de fait à plusieurs ensembles sous-régionaux. Dans les provinces frontalières, les échanges sont parfois plus développés avec le pays voisin qu’avec une autre région de la RD Congo. Sur quels critères trancher ? » s’interroge un politologue congolais. Pas question pour certains de choisir : « La RD Congo devra demander une dérogation et rester membre de plusieurs zones monétaires », martèle ce Kinois. Des débats houleux en perspective.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte