Dossier

Cet article est issu du dossier «RD Congo: Désirs d'avenir»

Voir tout le sommaire
Archives

Secteur public : agitation dans les mines

| Par Jeune Afrique

Règles peu claires, manque de transparence dans les critères d’appréciation, approches différentes selon les entreprises… Il y a de quoi s’interroger sur la renégociation des contrats miniers engagée par les autorités en mai 2007. « Les opérateurs miniers ont été plongés dans l’incertitude, sans savoir si leur joint-venture allait être dénoncé, révisé ou annulé. La crise économique n’a pas arrangé les choses, c’est l’ensemble du secteur qui est en difficulté », dénonce un industriel. Sur les 3 milliards de dollars d’investissements annoncés en 2007, seule la moitié devrait être réalisée.

Et c’est compter sans les départs éventuels. En août dernier, le partenariat avec les canadiens de First Quantum Minerals a été annulé. Quant aux Américains de Freeport McMoran, ils sont sur le point de stopper leurs activités sur le fabuleux gisement de Tenke Fungurume, s’ils ne trouvent pas un accord avec le gouvernement (voir p. 124). C’est dans ce contexte agité que Paul Fortin – en poste depuis quatre ans – a démissionné de la direction de la Gécamines. 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte