Dossier

Cet article est issu du dossier «Le Maroc à la conquête de l'Afrique»

Voir tout le sommaire
Banque

Banques : les réseaux se consolident

| Par
La fusion entre la CBAO et Attijari Bank Sénégal renforce les relations avec l’Afrique de l’Ouest

La fusion entre la CBAO et Attijari Bank Sénégal renforce les relations avec l'Afrique de l'Ouest © E. AHOUNOU/APA POUR JA

BMCE, Attijariwafa Bank, groupe Banque centrale populaire… pas une banque marocaine qui n’envisage de renforcer sa présence sur le continent. Toutefois, à l’exception de BMCE, rares sont celles qui s’aventurent pour le moment en Afrique anglophone.

Tropisme continental affirmé pour la BMCE

Othman Benjelloun, président de FinanceCom, le holding à la tête de la Banque marocaine du commerce extérieur (BMCE Bank), affiche son tropisme continental et son souhait de voir transférer le savoir-faire du groupe aux pays africains. En entrant en 2007 au capital de Bank of Africa (BOA) dont il est désormais actionnaire à hauteur de 42,5 %, BMCE, troisième groupe bancaire du royaume, s’est invité dans une douzaine de pays africains et a pris une longueur d’avance sur ses concurrents marocains, Attijariwafa Bank et le groupe Banque populaire.

Grâce au réseau BOA, le groupe d’Othman Benjelloun s’installe en Afrique de l’Ouest (Sénégal, Mali, Bénin, Côte d’Ivoire, Burkina, Niger) et place aussi ses pions en Afrique de l’Est (Ouganda, Kenya, Tanzanie, Burundi, Madagascar). Un développement d’ailleurs encouragé par les bailleurs de fonds. En mai 2008, la BMCE a ainsi obtenu un prêt de 70 millions d’euros de la part de la Société financière internationale (SFI), filiale de la Banque mondiale, pour alimenter en devises son expansion en Afrique.

Les filiales internationales de BMCE ont contribué à 8,5 % du résultat net du groupe en 2008 (830,4 millions de dirhams au total, soit 74 millions d’euros). Outre le réseau BOA, BMCE opère au Congo-Brazzaville (à travers La Congolaise de banque) et dans la banque d’affaires au Cameroun (BMCE Capital Douala), au Sénégal, ainsi qu’en Tunisie (Axis Capital).

De son côté, Attijariwafa Bank accélère son déploiement régional en Afrique francophone. En ­novembre 2008, un échange de participations a permis à la première banque du Maroc de reprendre les cinq filiales africaines du Crédit agricole : Crédit du Congo, Société ivoirienne de banque, Société camerounaise de banque, Union gabonaise de banque et Crédit du Sénégal. Une acquisition de 250 millions d’euros qui vient renforcer son dispositif de banque de détail en Tunisie, au Mali et au Sénégal. En 2008, le résultat net du groupe a atteint 3,1 milliards de dirhams.

Plus timide, la Banque centrale populaire (BCP), présente en Guinée et en Centrafrique, a entamé en juin dernier des négociations avec son homologue français, le groupe Banque populaire, pour le rachat de 52,47 % du capital de la Banque internationale du Cameroun pour l’épargne et le crédit (Bicec), première banque camerounaise.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer