Dossier

Cet article est issu du dossier «Telecoms : agitation sur toutes les lignes»

Voir tout le sommaire
Archives

Pas encore de licences de « réseau virtuel »

| Par

Les Mobile Virtual Network Operators (MVNO) seront peut-être les acteurs de demain. Ces opérateurs virtuels ne possédant pas d’infrastructures qui achètent des minutes de communications en gros auprès d’homologues existants pour les revendre au client final sont néanmoins rares en Afrique. « Il existe trois sociétés qui peuvent être assimilées à des réseaux virtuels : Virgin Mobile en Afrique du Sud, Yemba au Cameroun et Kirène au Sénégal », indique Thecla Mbongue, analyste chez Informa Telecoms, cabinet de conseil en télécommunications. Mais « aucun pays africain n’a encore attribué des licences de réseau virtuel », ajoute-t-elle. Ces opérateurs agissent donc comme des fournisseurs de services ou des distributeurs. Ils ne contribuent pour l’instant qu’à entraîner une baisse des tarifs en stimulant la concurrence.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte