Économie

Deux francophones primés pour leurs innovations

L’équipe sud-africaine d’AgriProtein a remporté le Prix de l’innovation pour l’Afrique (PIA) 2013. Une innovation tunisienne et une sénégalaise ont également été récompensées.

Par
Mis à jour le 28 octobre 2016 à 15:27

L’éolienne sans pale créée par les Tunisiens Hassine Labaied et Anis Aouini. © Saphon

AgriProtein, une équipe de chercheurs sud-africains, a remporté le Prix de l’innovation pour l’Afrique (PIA) 2013. Le concept : collecter dans un premier temps des déchets biodégradables pour nourrir des mouches qui pondent des larves et dans un second temps, transformer ces larves en protéines pour l’alimentation animale. Cette innovation permet d’augmenter la valeur nutritionnelle de la viande et réduire le coût de l’alimentation des animaux pour les fermiers et les producteurs africains. Un concept innovant qui a séduit le jury.

D’autres initiatives récompensées

Le PIA a également récompensé cette année deux autres initiatives. La première, gratifiée d’un prix de 25 000 dollars pour son potentiel commercial, est celle d’Hassine Labaied et Anis Aouini de Saphon Energy. Cette start-up tunisienne de R&D a développé une éolienne sans pale. Elle utilise une technologie inspirée des voiliers pour créer une énergie rentable par le biais d’un mouvement de va-et-vient en 3D.

L’autre innovation récompensée est celle du sénégalais Sanoussi Diakite. Il a reçu 25 000 dollars pour son innovation dans la catégorie « impact social ». Le concept : une machine électrique et thermique qui décortique 5 kilogrammes de fonio (une céréale cultivée en Afrique de l’Ouest) en 8 minutes. La somme allouée à chaque lauréat récompense leur innovation, ils sont libres de l’utiliser à leur guise. 

Lire aussi :

Sénégal : la technologie au service du fonio
Start-ups africaines : en attendant la success-story
Des boîtes et des idées

Une sélection multi-critères

Les lauréats ont été sélectionnés parmi plus de 900 candidatures venant de 45 pays différents. Ils ont été retenus par un comité composé d’investisseurs privés, de bailleurs de fonds, d’investisseurs en capital-risque, d’entrepreneurs et de leaders du développement en quête de nouvelles idées pouvant faire avancer l’Afrique.

Valeur marchande, originalité, perspectives d’évolution, impact social et potentiel commercial des innovations, les critères retenus sont multiples. « Le Prix de l’innovation pour l’Afrique récompense les initiatives d’africains répondant à des enjeux propres à l’Afrique » a insisté Jean-Claude Bastos de Morais, co-fondateur de la Fondation africaine pour l’innovation et du PIA.

Encourager le développement par l’innovation

Le PIA encourage les Africains à développer des solutions créatives pouvant relever les défis auxquels le continent doit faire face. « Il est temps pour les leaders du secteur privé, les bailleurs de fonds et les gouvernements de travailler ensemble pour trouver des solutions concrètes qui soutiendront la croissance économique du continent africain » a repris Jean-Claude Bastos de Morais.

Fondé par la Fondation africaine pour l’innovation et la Commission Économique des Nations Unies pour l’Afrique, le PIA a un objectif clair : encourager le développement du continent africain en investissant dans l’innovation. François Bonnici, directeur du Centre Bertha pour l’innovation sociale de la Graduate School of Business de l’université du Cap (Afrique du Sud), a ainsi déclaré que « le PIA investit dans la meilleure ressource que possède l’Afrique : son capital humain ».