Diplomatie

Les hommes de l’ombre

| Par Jeune Afrique

Le plus connu des médiateurs burkinabè, le colonel Djibril Bassolé (photo), est arrivé dans la diplomatie par hasard. Chargé des questions de sécurité dans le cadre des accords togolais de 1993, alors qu’il était commandant de gendarmerie, il est peu à peu sorti de son domaine pour entrer dans les méandres des discussions politiques. En 1994, le président lui confie le dossier de la rébellion touarègue au Niger. Devenu ministre de la Sécurité puis des Affaires étrangères, il a été chargé de plusieurs missions, plus ou moins officielles, notamment en Côte d’Ivoire. Il est depuis deux ans le médiateur conjoint des Nations unies et de l’Union africaine (UA) au Darfour.

Le ministre Salif Diallo, aujourd’hui ambassadeur à Vienne, a été l’homme de toutes les missions discrètes, sinon secrètes. Ils sont plusieurs à l’avoir remplacé, parmi lesquels Gilbert Diendéré, chef d’état-major particulier et commandant de la garde présidentielle, le Mauritanien Mustapha Chafi ou le conseiller d’origine malienne Lamine Sow.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte