Dossier

Cet article est issu du dossier «Quand l'Afrique réinvente ses villes»

Voir tout le sommaire
Société

Le Grand Rabat s’éveille

A Salé, grands axes rénovés et programmes immobiliers © Vincent Fournier pour J.A

Au gré des vastes chantiers urbains engagés, la capitale politique et administrative du Maroc prend un nouveau rythme. Les 2 millions d’habitants du Grand Rabat (Rabat-Salé-Temara) – deuxième plus grande agglomération du royaume après celle de Casablanca – verront bientôt leur quotidien facilité.

Au total, près de 3,75 milliards de dollars auront été déboursés pour relooker l’agglomération, désencombrer le trafic, développer les zones d’activités, tout en tentant de sauvegarder le patrimoine écologique et historique. Un mégaprojet engagé en 2006 et porté par l’Agence pour l’aménagement de la vallée du Bouregreg (AAVB), établissement public placé sous la tutelle de l’État et doté de l’autonomie financière. Pour l’aménagement des 6 000 hectares du Bouregreg, l’AAVB peut ainsi acquérir les terrains nécessaires, à l’amiable ou par voie d’expropriation.

Parmi les grands projets : le tramway. Lancé en 2007, pour plus de 400 millions de dollars, il reliera dans quelques mois les quartiers périphériques de Rabat et de Salé et desservira, sur une vingtaine de kilomètres, ministères, universités et hôpitaux. Parallèlement, la gestion du réseau d’autobus de Rabat, Salé et Témara a été confiée à un consortium composé du français Veolia Transport et des groupes marocains Bouzid et Hakam (voir p. 84).

Réduite au rang de banlieue populaire, malgré son passé prestigieux, Salé, séparée de Rabat par le fleuve, devrait retrouver des couleurs grâce à la construction du pont Moulay-el-Hassan, épine dorsale du projet d’aménagement de la vallée du Bouregreg, qui établira une continuité urbaine entre les deux villes, toutes deux en pleine expansion démographique.

Le Grand Rabat, c’est aussi le tunnel des Oudayas (65 millions de dollars), ­entre l’ancienne médina de Salé et la casbah des Oudayas. C’est, enfin, la nouvelle cité Bab al-Bahr aux abords de la Bouregreg Marina, au cœur de Salé – dont une partie des travaux a été suspendue en raison de la restructuration d’activités de l’opérateur émirati Sama Dubai. Déplacement du petit port de pêche, programmes résidentiels, hôtels, quartier d’affaires, centres commerciaux, port de plaisance : autour du fleuve, une nouvelle dynamique à l’architecture moderne s’esquisse. 

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte