Société
Quand l’Afrique réinvente ses villes

Cet article est issu du dossier

Quand l’Afrique réinvente ses villes

Voir tout le sommaire
Société

Africités, d’un sommet à l’autre

Mis à jour le 30 novembre 2009 à 16:40

Le Maroc, qui abrite déjà le siège de Cités et gouvernements locaux unis d’Afrique, s’apprête à accueillir la prochaine édition des journées panafricaines des collectivités locales.

C’est au tour de Marrakech d’accueillir pour cinq jours, du 16 au 20 décembre, Africités V, la 5e édition du sommet panafricain des villes et des collectivités locales. Comme leurs précédentes éditions, ces journées constitueront un temps fort dans la structuration du dialogue sur la décentralisation en Afrique, ainsi que dans la réflexion sur la place et le rôle des autorités locales dans l’aménagement du territoire et le développement économique et social du continent.

À l’ordre du jour : la crise

Organisé tous les trois ans, alternativement dans les différentes régions du continent, Africités a été lancé en 1998 à Abidjan, avec pour ambition de construire le mouvement municipal africain. Trois autres éditions ont suivi : en 2000, à Windhoek, en Namibie (sur le financement des collectivités), en 2003, à Yaoundé, au Cameroun, sur l’accès aux services de base, et en 2006, à Nairobi, au Kenya, sur les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD).

Accueilli pour la première fois en Afrique du Nord, le sommet sera cette année consacré à « la réponse des collectivités locales et régionales d’Afrique à la crise globale : pour promouvoir le développement local durable et l’emploi ». Ainsi que le souligne Abdelouahed Ourzik, directeur des affaires juridiques, des études, de la documentation et de la coopération au ministère de l’Intérieur du Maroc et coordinateur d’Africités V, « pour les maires africains, ce sommet est un moment important pour exprimer leurs souhaits auprès des gouvernements et des partenaires internationaux. Dans un contexte de crise, la question est de savoir comment les élus locaux peuvent atténuer l’impact sur les populations, et les services qu’ils peuvent apporter ».

Quelles stratégies pour lutter contre la pauvreté ? Comment développer des politiques financières territoriales et renforcer la démocratie locale ? Autant de questions qui seront déclinées à travers la vingtaine de sessions et d’ateliers thématiques prévus du 16 au 18 décembre.

Les sessions politiques des 19 et 20 décembre, consacrées aux rencontres entre ministres, élus locaux et partenaires du développement, déboucheront sur l’adoption de résolutions et recommandations. Environ 5 000 participants, venus d’une cinquantaine de pays, sont attendus. Des chefs d’État, des ministres (des Collectivités locales, des Finances, de l’Emploi…), des élus locaux, des acteurs économiques, universitaires, ainsi que des responsables d’organisations africaines ou internationales. Sans oublier les exposants et visiteurs de Citexpo 2009, le salon d’affaires des collectivités locales africaines qui se déroulera en marge du sommet.