Dossier

Cet article est issu du dossier «Quand l'Afrique réinvente ses villes»

Voir tout le sommaire
Archives

Villes nouvelles, un remède à bien doser

| Par

Afin de décongestionner les grandes agglomérations, de nombreux pays ont relevé le défi des villes nouvelles. C’est au Maghreb que les plus gros programmes sont menés. Au Maroc, 15 villes ­nouvelles devraient sortir de terre d’ici à 2020. C’est déjà le cas de Tamansourt, près de Marrakech, dont le chantier a été engagé en 2004 et qui a accueilli ses premiers habitants en février : le projet prévoit la construction de 88 000 unités de logements pour 450 000 habitants. Coût total : 34 milliards de dirhams (3 milliards d’euros), dont 4 milliards pour les équipements publics. Tamesna, près de Rabat, dont la construction a commencé en 2007, devrait accueillir 250 000 habitants et couvrir 38 % des besoins en logements de la région de Rabat.

L’Algérie, dans le cadre de son Schéma national du territoire (Snat 2025), a relancé la construction de ­villes nouvelles, dont 4 projets doivent être achevés d’ici quinze ans : Sidi Abdallah, Bouinan, Boughzoul et Hassi Mesaoud. Coût global : plus de 10 milliards d’euros.

Dans la conception et la réalisation de ces projets, les enjeux et écueils à éviter sont nombreux. L’impératif est que les villes nouvelles ne soient ni des cités-dortoirs ni des ghettos, en veillant à la mixité de la population et des fonctions (qu’au-delà des logements et bureaux les habitants y disposent de commerces, d’équipements publics, de loisirs…), ainsi qu’à l’intégration des exigences environnementales et de développement durable.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer