Société
Quand l’Afrique réinvente ses villes

Cet article est issu du dossier

Quand l’Afrique réinvente ses villes

Voir tout le sommaire
Archives

Energie : l’alternative solaire

Par
Mis à jour le 30 novembre 2009 à 17:21

C’est un paradoxe souvent relevé : alors qu’elle est le continent le plus ensoleillé de la planète, l’Afrique utilise très peu le photo­voltaïque pour compenser ses problèmes d’approvisionnement en électricité. « Il y a des obstacles institutionnels (absence de volonté politique), des obstacles financiers (difficulté d’obtenir des crédits pour faire les investissements initiaux, qui peuvent pourtant être amortis sur trente ans) et des obstacles technologiques : il faut des ingénieurs et des techniciens formés pour la réalisation et la maintenance des installations », explique le chercheur ivoirien Christophe Gbossou.

Des initiatives voient pourtant le jour sur le continent. En particulier au Maroc, où les projets se multiplient, notamment pour assurer l’électrification rurale. Le Rwanda, en partenariat avec des Allemands, a inauguré en 2007 la plus grande centrale solaire du continent, dotée de cinquante panneaux installés sur 4 hectares au sommet du mont Jali (2 500 mètres). Un projet d’électrification solaire a également été lancé fin octobre au Bénin, dans la commune de Dangbo.