Dossier

Cet article est issu du dossier «Quand l'Afrique réinvente ses villes»

Voir tout le sommaire
Sécurité

Sécurité :des caméras qui rassurent

| Par Jeune Afrique

La vidéosurveillance à distance est-elle la recette miracle pour endiguer la criminalité et l’incivisme dans les villes ? L’Ivoirien Gervais Amani Assié, patron de Basic Security, une entreprise spécialisée dans ce domaine, en est convaincu. Et il a réussi à ­convaincre l’État ivoirien de le suivre dans la mise en place d’un dispositif de caméras reliées à des centres de contrôle via des réseaux hertziens et de fibre optique.

Basic Security, qui a lancé son produit de vidéosurveillance en mars dernier, collabore déjà avec l’armée ivoirienne pour surveiller les sites stratégiques du pays et, en octobre dernier, a signé un contrat de partenariat avec le district d’Abidjan pour sécuriser les rues, places et lieux publics. L’objectif est d’installer 2 000 caméras de surveillance, dont 300 sont déjà en service, notamment au stade Houphouët-Boigny, à l’abattoir de Port-Bouët, sur les sites servant de décharges illicites ainsi qu’au cimetière de Yopougon, pour éviter les enterrements clandestins. 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer