Archives

Asky parée (enfin ?) au décollage

| Par

Selon son nouveau directeur général, Busera Awel, la nouvelle compagnie aérienne démarrera ses activités avant la fin de l’année.

Encore un faux départ ? Pas du tout, assure Busera Awel, le directeur général d’Asky Airlines, nommé en août 2009. « Je ne peux pas vous dire la date exacte, mais je peux vous garantir que le premier vol aura lieu avant la fin de l’année », précise-t-il entre deux séances de travail de la 41e assemblée générale de l’Association africaine des compagnies aériennes (Afraa), qui s’est tenue les 23 et 24 novembre derniers à Maputo (Mozambique).

 

Deux Boeing 737-700 loués

En dépit d’un contexte difficile pour le transport aérien, Asky Airlines, dont le démarrage a été maintes fois reporté, semble donc prêt à s’élancer. La compagnie s’est procuré en « leasing auprès d’une compagnie européenne », selon Busera Awel, jusque-là directeur commercial d’Ethiopian Airlines, deux Boeing 737-700 nouvelle génération. Ces appareils subissent des contrôles au centre de maintenance de la compagnie éthiopienne. « Pendant ses deux premières années, affirme-t-il, Asky Airlines desservira des destinations sous-régionales en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale. Abidjan, Dakar, Conakry, N’Djamena… »

Girma Wake, le PDG d’Ethiopian Airlines, actionnaire a hauteur de 25 % de la nouvelle compagnie aérienne, ajoute : « Nous pensons qu’Asky Airlines doit bien s’implanter sur ce marché à fort potentiel, laissé vide par les défuntes compagnies nationales de ces zones, avant de se lancer vers des destinations intercontinentales. » Outre Ethiopian Airlines, Asky, dont les besoins ont été estimés à 200 millions de dollars (120 millions pour le capital et 80 millions sous forme d’emprunt) est détenue à 15 % par le groupe minier sud-africain Sakhumnotho. Autres actionnaires : la BIDC, la BOAD et Ecobank…

À Maputo, les professionnels se sont entendus pour renforcer la coopération entre compagnies afin de réussir en ces temps de crise. « Nous avons engagé des discussions avec les compagnies qui opèrent déjà en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale pour une exploitation plus rentable du réseau de ces régions », précise Busera Awel. Asky Airlines table sur une rentabilité au bout de deux ans d’activité.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte