Économie

L’Égypte passe en catégorie spéculative pour S&P

L’agence de notation Standard and Poor’s a dégradé jeudi 9 mai la note de l’Égypte en catégorie spéculative.

Par
Mis à jour le 10 mai 2013 à 11:00

S&P a abaissé sa note souveraine du pays du cran « B- » à « CCC+ ». © AFP

L’Égypte fait désormais partie de la catégorie spéculative pour Standard and Poor’s (S&P). L’agence de notation financière a abaissé sa note souveraine du pays du cran « B- » à celui de « CCC+ ». La cause : l’échec du gouvernement à répondre aux impératifs budgétaires.

Cette note est attribuée à des émetteurs de qualité médiocre, présentant un risque réel de non-remboursement.

Une décision latente

Mercredi 8 mai, la Banque centrale égyptienne a annoncé que ses réserves de changes, qui s’élevaient à 36 milliards de dollars avant la révolte de 2011et se sont enfoncées depuis, étaient remontées de 1 milliard à 14,42 milliards de dollars. Cependant, les autorités ont fixé à 15 milliards le « seuil critique ». « Les autorités égyptiennes n’ont toujours pas proposé – que ce soit à la  population égyptienne ou à la communauté internationale des bailleurs de fonds – une stratégie à moyen terme viable pour gérer les besoins du pays en matière de budget et de financements externes », a expliqué S&P dans un communiqué relayé par l’AFP.  Par ailleurs, Standard and Poor’s a également estimée que « la capacité des autorités égyptiennes à atteindre leurs objectifs budgétaires, à alléger les pressions externes et à renforcer le contrat social s’est détériorée ».