Dossier

Cet article est issu du dossier «Cameroun, les défis de la croissance»

Voir tout le sommaire
Archives

Là aussi, les études comptent

| Par Jeune Afrique

Même dans le secteur informel, qui ne demande en général ni compétences particulières ni capital élevé, avoir fait des études est un avantage certain. C’est ce qu’a démontré Pierre Joubert Nguetse Tegoum, jeune ingénieur statisticien économiste, chargé d’études assistant au ministère de l’Économie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat). Son article intitulé « Estimating the Returns to Education in Cameroon Informal Sector » lui a permis de gagner, en août 2009, le prix international Jan-Tinbergen, qui récompense les meilleures productions de statisticiens âgés de moins de 32 ans et originaires des pays en voie de développement. Pierre Tegoum a notamment prouvé que les bénéfices induits par la possession d’un certificat d’études primaires sont de l’ordre de 20 % dans le secteur informel agricole et de 28 % pour le secteur informel non agricole. Avoir le brevet d’études augmente de 33 % le revenu de l’entrepreneur individuel dans les secteurs peu réglementés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte