Société

CAN 2010 : Force collective

Mis à jour le 12 janvier 2010 à 14:42

Il y a encore deux ans, la sélection algérienne ne faisait guère rêver. Absente de la scène continentale depuis la désillusion d’un quart de finale face au Maroc (1-3) lors de la CAN de 2004, grande consommatrice de sélectionneurs, prisonnière des fantômes d’un passé flamboyant, l’Algérie ne pesait pas lourd en Afrique.

En vingt-quatre mois, Rabah Saadane, un sexagénaire à la langue bien pendue, a redonné aux Fennecs le crédit qu’ils avaient dilapidé au fil des années. Si la génération 1982-1990 (deux participations à la Coupe du monde en 1982 et 1986 et une à la CAN en 1990) comptait plusieurs joueurs talentueux (Fergani, Belloumi, Madjer, Assad, Menad, Oudjani), celle d’aujourd’hui s’appuie surtout sur la force d’un collectif.

« Il y a de bons joueurs, comme Ziani, Bougherra, Saïfi ou Meghni, mais pas de vrai leader, estime Patrick Mboma. Je pense que cette équipe est arrivée à son maximum en se qualifiant pour la Coupe du monde. Et ce ne sera pas facile pour elle de passer le premier tour de la CAN. »

Depuis la publication de cet article l’Algérie s’est inclinée, 3-0 face au Malawi lors de son match d’ouverture.

Voir la fiche complète de l’équipe d’Algérie.