Dossier

Cet article est issu du dossier «Les 100 personnalités qui feront l'Afrique en 2010»

Voir tout le sommaire
Politique

Togo : combat de fils

| Par Jeune Afrique

C’est le face-à-face le plus attendu de l’année 2010. D’un côté, le président sortant, Faure Gnassingbé, qui a succédé à son père, Gnassingbé Eyadéma, décédé en 2005. De l’autre, Gilchrist Olympio, le leader historique de l’opposition depuis l’assassinat en 1963 de son père, Sylvanus Olympio. Le 28 février, les « deux fils » auront la possibilité d’évaluer à la régulière le poids électoral de leurs camps respectifs : le Rassemblement du peuple togolais (RPT) et l’Union des forces de changement (UFC). Depuis l’indépendance, le Togo n’a connu qu’absence de pluralisme, candidatures rejetées ou boycotts… Ce mano a mano serait une première. Mais encore faut-il qu’il ait lieu ! Calculs politiciens ou craintes légitimes quant à la sincérité du scrutin… Toujours est-il que Gilchrist Olympio laisse planer le doute sur sa participation, exigeant le retour à un scrutin présidentiel à deux tours. Quant au chef de l’État, s’il ne s’est pas encore déclaré officiellement candidat, c’est avant tout une question de timing. Mais il serait regrettable que cette confrontation par les urnes ne puisse se dérouler, pour enfin solder les comptes de l’histoire togolaise.

 

 

Gilchrist Olympio, l’opposant (© Reuters) / Faure Gnassingbé, le président (© V.Fournier pour J.A)

Lire les autres articles du dossier

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte