Dossier

Cet article est issu du dossier «Les 100 personnalités qui feront l'Afrique en 2010»

Voir tout le sommaire
Politique

Maurice : bis repetita

Comme en 2005, et comme la « tradition » politique mauricienne le veut, les élections générales, qui devraient se dérouler au milieu de l’année, opposeront l’ancien Premier ministre Paul Bérenger à l’actuel, Navin Ramgoolam. Pour retrouver le pouvoir, le premier compte sur l’électorat musulman, qui lui avait fait défaut il y a cinq ans, ainsi que sur le mécontentement des classes moyennes, ébranlées par la crise. Ramgoolam et son parti, le PTr (Parti travailliste mauricien), sont, pour l’instant, donnés favoris. La hausse du taux de chômage a été maîtrisée et les investisseurs étrangers se sont multipliés. La chance du sortant réside surtout dans l’incapacité de l’opposition à s’unir. À première vue, le Mouvement militant mauricien de Bérenger et le Mouvement socialiste militant de Pravind Jugnauth devraient en effet se présenter en rangs dispersés. À moins qu’ils finissent par s’entendre…

Navin Ramgoolam, sortant et favori (© AFP) / Paul Bérenger, le retour (© Sipa)

Lire les autres articles du dossier

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte