Dossier

Cet article est issu du dossier «Les 100 personnalités qui feront l'Afrique en 2010»

Voir tout le sommaire
Politique

Abbas El Fassi

| Par

Premier ministre, 69 ans, Maroc

  Restera, restera pas ? Si l’on en croit la règle d’usage, le Premier ministre marocain, Abbas El Fassi, devrait conserver son poste jusqu’à la fin de la législature, en 2012, comme cela a été le cas de ses prédécesseurs Driss Jettou et Abderrahmane Youssoufi. Par ailleurs, s’il avait dû quitter son poste, il l’aurait probablement déjà fait lorsqu’il a perdu sa majorité le temps d’un vote au Parlement. Aujourd’hui, cette majorité est colmatée.Mais, dans un contexte politique trouble où le jeu des partis est de moins en moins lisible pour l’opinion publique, l’avenir d’Abbas El Fassi semble difficile à prédire. Une chose est sûre : il ne dépend pas de lui, mais du roi et de « l’ami du roi », Fouad Ali El Himma (voir ci-contre).

 

Photo : Abbas El Fassi (© V.Fournier pour J.A)

Lire les autres articles du dossier

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte