Dossier

Cet article est issu du dossier «Les 100 personnalités qui feront l'Afrique en 2010»

Voir tout le sommaire
Cinéma

Souleymane Cissé

| Par Jeune Afrique
Vincent Fournier pour Jeune afrique

© Vincent Fournier pour Jeune afrique

Cinéaste, 69 ans, Mali

Depuis qu’il a réalisé Min Yé (« Dis-moi qui tu es », en bambara), un film sélectionné hors compétition au festival de Cannes 2009, Souleymane Cissé peut dire qu’il a réussi son grand retour au cinéma. Absent des écrans pendant quatorze ans, il s’était évertué à développer une structure de soutien aux jeunes cinéastes – l’Union des créateurs et entrepreneurs du cinéma et de l’audiovisuel de l’Afrique de l’Ouest (Ucecao). À peine le réalisateur de Yeelen (prix du jury à Cannes en 1987) avait-il terminé Min Yé qu’il recevait une distinction internationale : celle de l’Institut du film britannique, en octobre 2009. En 2010, Cissé doit décliner Min Yé en version longue et télévisée. Le film abordant un sujet tabou – celui de l’infidélité féminine –, on comprend l’impatience des téléspectateurs maliens…

Lire les autres articles du dossier

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte